Le petit village de Kolbsheim n’avait sans doute jamais vu ça. Un rassemblement de 750 personnes avant un lay-in contre la déforestation sauvage et précipitée d’arbres centenaires plantés après le retour à la France de l’Alsace-Moselle en 1918.

L’intégrale du rassemblement en vidéo après les photos.

Le matin même, des élus avaient une nouvelle fois été gazés par quelques uns des 515 gendarmes mobiles qui occupent littéralement une zone étendue entre Kolbsheim et Ernolsheim-sur-Bruche, interdisant pendant un mois toute circulation à pied, à cheval, en vélo, en voiture.

L’arrêté préfectoral a été été affiché sur le panneau d’une route interdite par les forces dites de l’ordre, ce qui rendait impossible sa consultation! Avec le préfet Marx (sic), et ce gouvernement Macron-Phillipe, on est tous les jours chez Ubu-Roi.

Une délégation devait être reçue ce matin par le nouveau ministre de l ‘écologie. Cela n’aura pas lieu, en tout cas, ni la députée Martine Wonner (LREM), ni Alsace-Nature, ni le maire de Kolbsheim qui a brûlé son écharpe tricolore, ne s’y rendra. Comme cela été dit dans les discours d’hier, le ministre n’a qu’à venir à Kolbsheim et Vendenheim, constater lui-même tous les abus commis sur le terrain alors que des plaintes en référé n’ont pas encore été purgées.

Bloquer, même un temps, la déforestation, c’est possible! Photo A. Papadopoulos à Vendenheim